Union européenne
L'orientation,  préparer son avenir

Comment j’ai obtenu un stage au sein d’une institution européenne – témoignage

Envie de changer d’air tout en apportant une plus value exceptionnelle à votre CV ? Pourquoi ne pas tenter le stage au sein d’une institution européenne !

Il est vrai qu’obtenir un stage en institution n’est pas chose aisée, au regard notamment de la concurrence provenant de toute l’UE, et non plus seulement des seuls membres de notre pays. Une candidature doit donc se préparer avec soin et anticipation. Voici quelques conseils, issus de mon expérience, pour décrocher un stage et vivre une expérience unique !

♠ Vos valises et direction le Luxembourg ! ♠

Quelques semaines d’organisation, des mois de patience et, vous voilà dans l’antre !

Civiliste, administrativiste, européaniste ou internationaliste, à chacun son antre, vénérée, et vigoureusement défendue contre toute tentative de délégitimation. Votre antre, c’est chasse gardée et chaque décision, même les pires, se doivent d’être explicitées et expliquées par vos soins.

.

C’est cela, appartenir à une catégorie de juriste : trouver sa voie, c’est trouver son antre. Pour ma part, le coup de foudre opèra sur les bancs de la deuxième année, alors que j’assistais avec engouement à un cours de droit institutionnel de l’Union européenne (oui je sais, je ne suis pas trop dans l’ère du temps… et c’est bien dommage soit dit en passant). Sur l’instant, c’était comme une évidence, sans que je ne sois encore capable d’énumérer une seule bonne raison susceptible de justifier que j’y consacre ma carrière (je compte aujourd’hui les raisons par dizaines !).

A l’époque, j’ai alors choisie cette matière en TD, et travaillé mes commentaires de décision avec soin. C’est d’ailleurs dans toutes les matières liées de près ou de loin au droit européen ou au droit international que mes notes furent les plus élevées. L’idée qu’un droit puisse régir des relations inter-étatiques me passionnait. Les écrits d’Hans Kelsen et de Georges Scelle y ont contribué davantage encore.

          Une fois ma licence et mon master 2 validé (avec un mémoire réalisé, bien sûr, en droit de l’Union européenne) c’est également cette orientation qui a déterminé le choix de mon sujet de thèse, ainsi que les thématiques des articles que j’ai publiés.

.

          Autant vous dire que lorsque j’ai rédigé ma lettre de motivation pour une candidature à la CJUE, l’inspiration est venue toute seule…

.

          Vous l’aurez compris, pour obtenir un stage dans une institution, il faut d’abord trouver VOTRE institution, celle qui vous correspond le mieux, celle qui vous inspire et au sein de laquelle un stage serait pour vous une expérience rêvée.

.

Vous êtes au début de vos études ? C’est parfait, toutes les portes vous sont encore ouvertes ! Les trois années de licence sont l’occasion d’identifier votre préférence, de comprendre aussi comment vous démarquer. Votre parcours et donc vos choix doivent être, dans la mesure du possible, stratégiques. Peu importe la profession envisagée. Être inspiré très tôt ne peut pas vous desservir, au contraire, cela sera un atout pour l’avenir.

Bien sûr, il n’est pas question de négliger les autres matières, car en droit, vous le verrez, tout est lié. Il est important d’apprendre à se diversifier, tout en prenant soin qu’à la lecture de votre CV, l’on puisse comprendre instantanément votre spécialité. C’est tout l’intérêt.

.

          Revenons-en à nos moutons. Vous le savez peut-être, les institutions européennes proposent des stages rémunérés d’une durée de 6 mois, réservés à des étudiants sélectionnés sur dossier (rempli en ligne) et provenant d’un peu partout en Europe.

.

Pour les francophones, nous disposons d’un atout évident qui est la maîtrise de la langue française, langue officielle de l’Union. Pour travailler dans les institutions de l’UE, la maîtrise du français est tout autant voire plus importante que celle de l’anglais !

..

          Pour ce qui me concerne, j’ai eu la chance d’effectuer une partie de mes études (1 an) dans un autre pays (de l’UE), et donc de maîtriser, en plus de l’anglais et du français, une troisième langue. Les autres stagiaires que j’ai rencontrés à la CJUE avaient également des parcours similaires (expérience à l’étranger, Erasmus, maîtrise d’une langue étrangère). Même si vous ne parlez pas parfaitement la langue, l’essentiel est de mettre en avant le fait que vous êtes un citoyen européen, ouvert sur l’extranéité. Il est donc judicieux de se perfectionner en langues tout au long de votre parcours, même si ce n’est qu’au sein de votre université pour commencer. N’hésitez pas, par exemple en licence, à apprendre les bases d’une langue nouvelle que vous n’aviez encore jamais pratiquée.

.

Pour les informations relatives au stage à la CJUE : cliquez ici (le formulaire est à remplir intégralement en ligne, aux dates indiquées). Sachez que les autres institutions de l’Union telle que la Commission ou le Conseil proposent également des stages rémunérés.

Pour les stages au sein des plus hautes juridictions françaises, voici les liens concernant le Conseil d’État, la Cour de cassation, et enfin, le Conseil constitutionnel.

.

EN RÉSUMÉ : Le stage au sein d’une juridiction est un vrai plus, sur le CV ainsi que pour enrichir votre expertise et votre réseau. N’oubliez pas que votre candidature doit refléter votre enthousiasme et votre intérêt. Pour ce faire, privilégiez une lettre de motivation personnelle, rédigée sans contrainte et avec spontanéité.

Alors, n’attendez plus, lancez vous et surtout, projetez-vous !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *